Sur les pas d’André Contamine aux Pointes Lachenal

IMG_7644

Le 10 juin 2016

La météo annonce une journée de grand soleil sur Chamonix et ses environs! Cela fait plus d’une quinzaine de jours minimum que de telles conditions n’avaient pas été annoncées.

Après les spindrifts de la veille, j’avais vraiment envie de lézarder au soleil. La chaleur est au rendez-vous, nous sommes 3 cordées à prendre la direction de la voie « Contamine » aux Pointes Lachenal. Une voie en escalade traditionnelle où l’on trouve quelques coincements de doigts et de main dans les fissures granitiques magiques de cette face.

On enfile nos chaussons en mode équilibriste afin d’éviter la neige au pied de la voie puis c’est une première longueur de mise en jambe. En route pour 250 m d’escalade, Victor et Marion démarrent. Accompagnée de Fabio, mon super binôme du jour, nous les suivons de près puis vient la cordée de Arthur et Anne.

Les longueurs se suivent, c’est bien souvent un petit pas plus physique qui détermine la cotation de la longueur. Fabio se régale dans L3, en me lançant depuis le relais avec son bel accent italien, « la longueur est superbe… » une belle longueur de 40 m qui se termine par un petit passage en refougne dans la variante de gauche. On trouve d’ailleurs à cet endroit l’un des rares spits de la voie. En second dans la longueur, le sac est un peu gênant mais n’empêche pas la progression.

La portion d’escalade que j’ai le plus apprécié est L5, une longueur de 45 m qui débute par une très large fissure sur une quinzaine de mètres. Peu difficile, la longueur reste très peu protégable en son début, il est tout de même possible de mettre un friend numéro 4 au démarrage de cette fissure, mais ensuite celle-ci devient trop large. Un pas de dalle protégé par le second et dernier point présent dans la voie permettant de rejoindre une fissure plus fine en ascendance vers la gauche. A bien regarder, il y a toujours de bonnes prises de main dans la fissure et de petits grattons pour les pieds. Ahh, cette longueur, une petite cerise sur le gâteau !

Il est 15h, nous terminons nos rappels et sommes prêt à repartir. Être au soleil à ses avantages sur le rocher, mais sur la neige, à pied ce n’est pas la même. On fait de jolis cratères dans de la neige bien mouillée, prendre un peu de marge pour le retour jusqu’aux bennes de l’Aiguille du Midi n’est du coup que gage de sécurité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s