Dans les pas de Cassin – Piz Badile

Le 11- 12 – 13 juillet 2017

Cassin Face.jpg

Nous arrivons par le coté Suisse et découvrons le sommet du Piz Badile qui se cache entre nuages de fin de journée et rayons de soleil couchant. Fort impressionnant, le sommet est découpé de bas en haut par son arête nord effilée qui divise les deux versants nord-est et nord-ouest, constitués de dalles verticales et lisses. C’est dans ces fameuses dalles que Vincent et moi allons nous « promener » sur les traces de Ricardo Cassin qui, 80 années auparavant, ouvrait la première voie en versant nord-est.

Le sac plutôt léger nous partons aux premières lueurs du jour depuis la cabane Sasc-Furä, après le réveil groupé de 4h qui sonne l’heure de départ de tous les aventuriers de la face nord-est. Trois cordées devant nous s’engagent dans la voie Cassin. Les rayons du soleil arrivés vers les 6h réchauffent déjà le rocher des premières longueurs. Un granite particulièrement bon que nous parcourons au plus facile pour rejoindre la vire médiane suivie d’une longueur un peu plus physique en 6a. Une erreur d’itinéraire de la cordée de tête puis la frayeur du leader de la cordée suivante nous obligeront à patienter un long moment avant de repartir en direction des fameuses longueurs en « cheminée malcommode ». Les grognements du leader de la cordée devant nous ne me rassurent pas vraiment, d’autant plus que l’un des topos indique une cotation assez variable suivant l’aisance, entre 4a et 6a ! Étroite et en forme de V, comme le dit le topo, il faut se mettre dans la peau des anciens, le dos d’un coté et les pieds de l’autre avec de temps en temps quelques coincements de main, de genoux ou de pieds. Vincent poursuit la longueur suivante avec ses chaussures d’alpi, au relais il me vante le bonheur de retrouver le confort de celles-ci par rapport à la douleur des chaussons que j’ai au pieds… Hem, sauf que environ deux mètres plus tard, toujours dans cette cheminée humide, ou un petit tas de neige récalcitrant nous sépare, la super chaussure droite de Vincent a eu l’excellente idée de se coincer un peu trop bien dans une fissure qui fait pile sa largeur ! Résultat : impossible de sortir le pied et obligé de la quitter… Et voila une demi heure de plus de perdue à essayer de se battre pour la déloger de son emplacement trop bon… En chaussette dans la cheminée mouillée Vincent moufle à l’aide d’une sangle la pauvre Trango Guide sur un vieux piton 3m au dessus, …digne de vidéo-gag ! Une fois la mésaventure terminé, nous sortons tranquillement sur l’arête N et arrivons au bivouac Redaelli pour une bonne nuit de repos. Confort sommaire mais bien suffisant à 3300m pour profiter du lever de soleil splendide le lendemain.

Après une descente efficace en faisant le maximum de désescalade ponctuée par 4/5 rappels obligatoires, nous savourons rapidement le fameux Panettone en guise de petit-déj’ au refuge Gianetti, et oui, nous sommes en Italie! Le chemin du retour n’est pas terminé pour retrouver notre voiture. Il nous faudra en effet monter au col Porcellizzo, (névé évitable en escalade dans le rocher à droite) puis redescendre dans un vallon sauvage et gravir un autre col (Trubiscana) avec passage sur chaines avant une longue descente jusqu’à la cabane Sasc Furä et enfin la vallée. C’est du coup en 900 m de dénivelé positif et 2 800 m de descente que l’on rentre de cette belle voie jusqu’au parking. Un retour en 10h sans trop traîner dans un terrain très alpin ou l’on ne voit pas bien comment on pourrait aller plus vite dans ces conditions (70% de très gros pierrier raide, 20% de crapahutage sur rocher ou sur chaînes et 10% de névés biens durs à descendre).

En résumé 2 journées bien intenses : la première en rocher superbe avec un itinéraire assez évident et la seconde bien casse pattes dans des vallons très sauvages. A faire avec un peu moins de monde devant si l’on ne souhaite pas profiter de la beauté d’une nuit la haut (mais ce serait dommage !)


J1
Approche cabane Sasc Fura : 1h45
J2
Départ cabane Sasc Fura : 4h30
Attaque du dièdre Rébuffat : 7h00
Arrivée à la vire médiane : 10h30
…Tic tac, on patiente…
Départ vire médiane : 12h00
…Mésaventure de chaussure…
Sortie sur l’arête N : 17h00
Sommet : 18h00
J3
Départ bivouac : 6h45
Refuge Gianetti : 9h30
Passo Porcelizzo : 11h00
Cabane Sasc Fura : 16h00
Parking Laret : 17h30

Photographie : Vincent LEFEBVRE et Alexia

Une réflexion sur “Dans les pas de Cassin – Piz Badile

  1. mauricerepiton

    A que coucou !!! C’est vraiment top ce que tu fais avec Vincent et les autres. Ce soir tu m’as fait rêver … en regardant toutes tes vidéos de montagne « Un moment d’évasion » J’ai pour ma part fait qu’un 2000m – la gde Moucherolle à Villard de Lans et je me suis régalé aussi, surtout que nous avons vu des bouquetins. Passe le bonjour au bureau ++ MO

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s